Salon les jeudis.com

Les jeudis.com organisent un salon 3 fois par an au CNIT de la Défense, regroupant une cinquantaine d’entreprise qui recrutent. C’est l’occasion pour les candidats de pouvoir se faire connaître directement auprès des recruteurs.  Aujourd’hui le salon se tenait dans ce contexte de morosité économique, alors c’est pour qui ce salon de recrutement ? Est-ce efficace ?

Tout d’abord peu entrain à me rendre dans un salon de recrutement car l’idée me rappelait une époque de crise en informatique, vers 2003 il me semble, où me rendant à un entretient du côté de Boulogne, je patientais dans la salle d’attente. Là, j’avais à côté de moi mes « compétiteurs » (une dizaine) pour reprendre le terme utilisé par un cabinet de recrutement: ils étaient tous costumés, encravatés et tiraient une mine d’enterrement. Alors l’idée de multiplier cela par 50 ne m’enchantait guère…

Une fois sur place, je retire mon guide du salon en échange d’un CV puis rentre sur la salon en feuilletant le dit guide. Ce dernier permet de connaître les entreprises présentes ainsi que leur besoin en recrutement: une telle cherche tel type de profil, une autre tel autre. Mais à peine que je dépassais l’accueil, je me fait alpaguer par une hôtesse qui me propose de lui remettre mon CV afin de le transmettre à l’ensemble des exposants. Bingo cela m’arrange d’autant plus que je n’ai pas pris un stock de CV avec moi.

Cependant puisque j’étais arrivé jusque là, je fis un tour des stands. Ce qui me frappe d’abord c’est la foule, il était 15h et les allées étaient bien encombrées. La crise peu-t-être ? Qui sont donc ces candidats ? De nombreux jeunes diplômés, certains pas encore diplômés à la recherche de stages. Devant certains stands de grosses SSII, d’impressionnantes queues s’étaient formées. Les candidats avaient l’air peu joyeux presque aussi morbides que les encravatés de 2003. Fuyant cette cohue, je me dirige alors vers un stand ayant moins d’affluence, petite SSII, et y laisse un CV. Plus loin je m’arrête au stand d’une société utilisatrice spécialiste du transport de personne. Je tente une approche détendue et suis frappé par l’incapacité de mon interlocuteur de cerner mon profil. Il a été obligé d’aller demander à son collègue pour finalement me dire que mon profil ne correspondait pas à ce qu’ils recherchent. Pourtant en regardant le guide du salon, si si et en allant sur le site web de l’entreprise on peut même y voir un poste en MOE avec mon profil. Je continue de déambuler dans les allées et croisent quelques candidats quadragénaires, ici un spécialiste du testing…  Finalement me restant une cartouche dans mon barillet à CV, je retourne au stand d’une banque. Là mon interlocuteur réagit correctement à mon approche détendue et me répond avec la même décontraction. Il semble intéressé  et en fin de compte je lui laisse mon dernier CV.

Plus de CV, la cohue, la chaleur, je quitte le salon avec une certaine satisfaction, celle de ne pas y avoir perdu mon temps. C’était une première pour moi et la prochaine fois s’il y a lieu, c’est promis, je viendrai avec quelques exemplaires de CV en plus.

Cet article, publié dans Actualité, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s