Partitionnement de la SDCard pour le Raspberry

English: RecoNdata Secure Digital Cards Polski...

English: RecoNdata Secure Digital Cards Polski: RecoNdata Secure Digital Cards Deutsch: RecoNdata Secure Digital Cards Nederlands: RecoNdata Secure Digital Cards (Photo credit: Wikipedia)

L’écriture de l’image disque de l’OS sur une carte SD n’est pas la méthode parfaite pour l’installation d’un OS. En effet il s’agit en fait d’une restauration de disque. Aussi utiliser une carte de 8Go fait perdre 5 Go de place. L’image représente un dique de quelques 3 Go seulement.

Une fois arrivé sur le bureau LXDE, nous allons ouvrir un terminal afin de donner un mot de passe au root ce qui va permettre de lancer depuis l’interface les outils nécessitant de passer en root.
Faire:
sudo passwd root

Aller dans le menu Préférence pour lancer l’outil GParted. Il faudra rentrer le mot de passe root définis juste avant. La taille de la partition de swap est totalement ridicule: quelques 100 Mo. Sur mon N900 je dispose d’un swap de 756Mo ce qui donne à l’OS prés d’1 Go de mémoire totale. Si votre SDCard est rapide, on peut octroyer plus de swap, il vaut mieux un système un peu ralenti pas le swap qu’un système bloqué.
On en profitera pour partitionner l’espace libre restant, soit près de 5 Go dans mon cas.

On pourra activer le swap par le menu contextuel sur la partition dans GParted. Ceci n’est pas persistent et au prochain démarrage le Raspberry sera encore coincé dans 256 Mo de RAM minus ce qui utilisé par la GPU. Heureusement que au démarrage l’OS active les partitions de swap trouvée dans le fstab. Il suffit de décommenter la ligne qui déclare la partition de swap dans le fichier /etc/fstab.

Le système de fichier sur la partition nouvellement créée appartient au root. Si le point de montage est /media/DATADonnons-le à l’utilisateur Pi en faisant:

sudo chmod pi /media/DATA

Nous voilà avec un swap et un espace de stockage confortable. Si le besoin est d’installer de nouveaux logiciels, une meilleure option est d’aggrandir la partition racine au lieu de créer une partition de données dans l’espace libre tout en gardant un peu de place à la fin du disque pour le swap.

Cet article, publié dans Paramétrage, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s